Lettre ouverte à M. FAUTRE

Objet : Conditions de la prolongation temporaire du mandat dans un cadre démocratique avec des informations régulières et la tenue d’un conseil municipal.

Le second tour des élections municipales, qui devait avoir lieu le 22 mars dernier, est suspendu et envisagé d’être reporté en juin 2020 suite à la loi d’urgence adoptée par le parlement. Au regard de l’évolution de la situation, il semble que les élections, pour les villes éligibles au second tour, soient décalées fin septembre ou début octobre 2020.

Au titre de cette loi, le gouvernement en accord avec le parlement, suite à la Commission Mixte Paritaire, a choisi de poursuivre la fonction des élus du mandat 2014-2020 encore en place, tous les Maires en place sont donc maintenus par intérim, y compris les Maires qui ne se représentaient pas, comme chez nos voisins de Bry ou de St Mandé.

Pour autant la vie démocratique doit se poursuivre.

Dans de nombreuses villes, notamment certaines du territoire dont nous faisons partie, les Maires, conscients de la situation particulière, ont très rapidement fait preuve d’un esprit républicain et démocratique. Ainsi, le Maire de Villiers, pourtant dans une situation de ballotage favorable, a pris l’initiative de faire une réunion téléphonique hebdomadaire avec le chef de file de l’opposition et candidat, sur l’ensemble des actions menées. Quant au Maire de Saint-Mandé, il en fait de même et a déjà organisé un conseil municipal restreint avec un représentant de chaque groupe, afin d’informer les représentant de la ville des mesures prises et répondre aux questions légitimes qui se posent.

D’autres collectivités territoriales ont poursuivi le travail de leurs assemblées comme le Conseil Départemental en visioconférence, ou comme le Conseil Régional en assemblée restreinte et en conférence téléphonique y compris en réunissant les commissions thématiques afin de recueillir les propositions de toutes les sensibilités politiques.

La situation actuelle à Champigny amène à de nombreuses questions.

Votre façon d’évacuer mes demandes, lors de mon courrier de demande de travail d’unité locale du 23 mars, ou encore la tenue d’une cérémonie officielle ce dimanche 26 avril 2020 comme celle de la journée nationale de la déportation sans aucune information aux élus alors que vous étiez entouré de plusieurs non-élus chargés de votre communication, me conduisent à vous demander officiellement la tenue rapide d’un conseil municipal et de pouvoir faire un point hebdomadaire régulier et programmé.

C’est dans un esprit d’unité locale face à la situation actuelle que je vous invite à répondre favorablement à la présente demande, je souhaite, ainsi, éviter de saisir le préfet comme les textes le permettent en cas de refus de votre part.

Je vous remercie de votre attention et dans l’attente de votre retour, je vous prie de croire, en l’assurance de mon soutien afin de faire face à la situation actuelle.

Laurent JEANNE

Conseiller Municipal de Champigny

Conseiller Régional Ile-de-France